Contacts
Un appel ? +33 1 85 09 74 06
M

Tourisme de montagne : des vacances de plus en plus prisées

La pandémie de Covid-19 a changé nos comportements, y compris notre façon de voyager, dessinant de nouvelles tendances en termes de tourisme. Parmi elles, le tourisme de montagne, de plus en plus populaire, même en été.

Après avoir vécu pendant des mois enfermés chez eux à cause des confinements dus à la pandémie de Covid-19, les voyageurs ont soif de liberté et de grands espaces. Pour prendre un bon bol d’air et se reconnecter avec la nature, ils privilégient la montagne. 

Les chiffres le prouvent : au 11 juin dernier, le pourcentage de lits touristiques loués dans les stations pour la saison estivale atteignait déjà 37%, avec un pic à 46% en cœur de saison (17 juillet – 20 août). Ainsi, le tourisme de montagne en France est plus que jamais tendance. 

Tourisme de montagne : un vrai refuge

Loin des plages bondées où les gestes barrières sont pratiquement impossibles à respecter, la montagne française apparaît comme un refuge coupé du monde idéal pour partager un moment authentique en famille ou entre amis. “La dynamique de réservation engagée confirme l’attractivité des modes de vacances autour de la nature, du bien-être et des activités très variées que nous proposons pour tous les publics”, explique Jean-Luc Boch, président de l’ANMSM

Tourisme de montagne - voyageurs packpacker

Un deuxième choix satisfaisant 

A défaut de pouvoir partir faire des roadtrips à l’étranger, les touristes se sont donc rabattus sur les massifs français pour s’aventurer sur des chemins balisés, à pied ou à vélo. Un tourisme itinérant, plus durable, qui s’inscrit dans la tendance du slow tourisme. Cette dernière invite à découvrir des paysages enchanteurs tout en prenant son temps pour mieux s’imprégner de la nature qui nous entoure. De quoi engendrer un regain d’attrait pour le parc touristique national. 

Le succès du tourisme de montagne en été vient par ailleurs équilibrer une saison hivernale blanche, sans ski alpin ni ski de fond. Et pour cause, les stations de ski ont été sévèrement endommagées par la fermeture des remontées mécaniques des domaines skiables.