Contacts
Un appel ? +33 1 85 09 74 06
M

La crise exige une valorisation du travail pour Bazin

Olivier Véran a confirmé que les terrasses rouvriront le 19 mai, mais l’hôtellerie-restauration est partagée entre motivation et angoisse de manquer de personnel. A l’image de Sébastien Bazin selon qui la pandémie impose une valorisation du travail des employés du secteur. 

Invité le 6 mai dernier sur BFM Business, Sébastien Bazin, PDG du groupe Accor, estime qu’un quart des effectifs du groupe hôtelier pourrait « ne pas revenir travailler ». Pourquoi ? “Ils  ont envie de changer de vie, ils ont pris le temps de la réflexion”. 

Exit le travail le week-end, les horaires décalés et un manque de considération certain. La plupart des travailleurs et des cadres ne se sentent pas estimés à la hauteur des efforts fournis et des résultats obtenus. Il est essentiel de mettre en place des feedbacks réguliers, de valoriser vos salariés par le biais de petites attentions.

Revalorisation du travail - serveuse

Crise : pénurie d’employés en manque de valorisation du travail

Globalement, entre 100.000 et 130.000 employés dans la restauration se sont réorientés depuis la pandémie. Comment rendre le secteur plus attractif ? Pour Bazin, cela passe, entre autres, par une meilleure rémunération, mais aussi la reconnaissance et valorisation du travail. “Il va falloir qu’on accepte de mieux valoriser leur travail, c’est-à-dire peut-être de les rémunérer plus ». 

La reconnaissance au travail est indispensable pour avoir un impact positif sur les membres de votre équipe, mais ne serait-il pas temps d’instaurer aussi des aides spécifiques (avec une baisse des charges salariales et patronales) et une meilleure flexibilité des horaires ? A quand un CIE dédié à la filière ?

Loin d’être la nouvelle sidérurgie du 20ème siècle, l’hôtellerie-restauration reste une industrie d’avenir qui doit être accompagnée pour se relever.