Contacts
Un appel ? +33 1 85 09 74 06
M

Touristes étrangers en France : un retour très progressif

La saison estivale est certes ouverte, mais elle est largement ternie par le manque de touristes étrangers du fait de la pandémie de Covid-19 et la menace du variant Delta. Reste que certaines villes et régions s’en sortent mieux que les autres.

Face à la crise sanitaire, la France a du mal à conserver intact son statut de première destination touristique mondiale. En effet, le retour des touristes étrangers dans l’hexagone reste encore trop timide.

Certaines régions tirent cependant leur épingle du jeu. C’est le cas du Périgord qui voit les touristes allemands, néerlandais, belges revenir en Dordogne depuis début juillet. La Côte d’Azur, quant à elle, connaît un léger rebond grâce aux visiteurs du Moyen-Orient et d’Amérique du Nord. Elle peut aussi dire merci au Festival de Cannes qui a contribué à attirer de nouveau les touristes étrangers sur le territoire. En revanche, les Britanniques manquent encore à l’appel.

touristes étrangers - aéroport

Retour des touristes étrangers : des inégalités notables 

 

D’un autre côté, les métropoles connaissent une situation particulièrement difficile, à commencer par Paris qui pâtit de l’absence totale des Chinois. 40% des hôtels indépendants de la capitale avaient préféré rester portes closes au mois de juillet par manque de clients. De son côté, Lille enregistre également une nette baisse de fréquentation : 5293 visiteurs dont 2,5 % d’étrangers la première quinzaine de juillet (contre 8990 touristes dont 41 % d’étrangers sur la même période en 2019).

Des disparités qui inquiètent les professionnels du tourisme. Car même si une majorité des Français ont privilégié l’hexagone pour leurs vacances d’été cette année, cela ne suffira malheureusement pas à retrouver les chiffres de 2019. Les Français font en effet face à une nouvelle contrainte avec la mise en place du passe sanitaire dans les restaurants et bars dès le 9 août. Sans oublier la météo qui est des plus capricieuses cette année.

On attend donc les chiffres de l’été un peu fébrilement en septembre.