Contacts
Un appel ? +33 1 85 09 74 06
M

Le bleisure est-il l’avenir du voyage d’affaires ?

La pandémie de Covid-19 a changé nos comportements, y compris notre façon de voyager, dessinant de nouvelles tendances en termes de tourisme, à l’instar du bleisure. 

Restrictions de déplacement obligent, les déplacements professionnels et le tourisme d’affaires ont profondément souffert de la crise sanitaire, laissant peu à peu place à un nouveau concept : le « bleisure ». Soit un mélange des termes « business » (affaires) et « leisure » (loisirs). Le principe ? Permettre aux voyageurs d’affaires de prolonger leur séjour facilement, afin de visiter et de profiter de la culture du pays. 

Exit les allers-retours rapides entre deux réunions. “Les cadres ont été invités par leurs entreprises à réduire les voyages, en plus des restrictions [liées à la pandémie], ce qui signifie qu’ils prennent des séjours plus longs dans les destinations. Ils organisent beaucoup plus de réunions en un seul voyage et finissent souvent par mélanger travail et temps privé », a déclaré Matteo Atti de VistaJet le mois dernier.  Une nouvelle politique de voyages qui bouscule les schémas en place. 

bleisure - homme qui télétravaille

Le bleisure : une opportunité pour l’hôtellerie ? 

Pouvoir travailler de partout, dans le monde entier, telle est la tendance post-Covid, qui a vu émerger de plus en plus de “nomades numériques”. Soit une nouvelle génération de travailleurs et de voyageurs, avides de casser les frontières géographiques. L’hôtellerie de luxe l’a compris. Pour preuve, Marriott va ouvrir dix-sept nouvelles résidences de long séjour sous les marques Element Hotels, Residence Inn by Marriott et TownePlace Suites. 

Etant donné que le secteur des voyages d’affaires ne devrait pas revenir aux niveaux de 2019 avant 2023, le voyage “bleisure” s’impose comme une bonne alternative au business travel que l’on connaissait jusqu’à maintenant. Reste à savoir si les entreprises touristiques parviendront à s’adapter à cette nouvelle tendance…