Contacts
Un appel ? +33 1 85 09 74 06
M

50 millions de touristes cet été selon Jean-Baptiste Lemoyne

Dans un entretien accordé au Journal du Dimanche paru le dimanche 1er août, le secrétaire d’État chargé du Tourisme, Jean-Baptiste Lemoyne, a fait un état des lieux du tourisme français. Selon lui, 50 millions de touristes étrangers devraient séjourner en France cet été. De quoi redonner le moral au secteur touché de plein fouet par la crise sanitaire ?

La saison estivale parviendra-t-elle à redonner le moral au secteur du tourisme, touché de plein fouet par la crise sanitaire ? Si la menace du variant Delta ne cesse de grandir, le secrétaire d’État chargé du Tourisme, Jean-Baptiste Lemoyne, compte miser sur un retour des touristes étrangers en France cette année. 

“Nous espérons accueillir 50 millions de touristes étrangers, contre 35 millions l’an passé, et 90 millions en 2019. L’été est donc porteur d’espoir. Une clientèle européenne de proximité est là : Allemands, Néerlandais, Belges… En revanche, les Britanniques, comme l’été dernier, viennent moins, parce que leur gouvernement a mis en place une stricte quatorzaine à leur retour”, a-t-il déclaré. 

50 millions de touristes : un chiffre vraiment plausible ? 

Néanmoins, la clientèle “lointaine” manque encore à l’appel. “Quelques Américains reviennent depuis juin, mais on ne reverra pas les touristes asiatiques avant 2022. Et Paris souffre encore du manque de tourisme d’affaires”, a affirmé le Secrétaire d’Etat.

50 millions de touristes - tour eiffel

De leur côté, les Français ont choisi à une large majorité de rester en France pour les vacances (près de 85 % contre 94% en 2020), après des mois marqués par l’épidémie de Covid-19. Au rang des régions les plus plébiscitées on retrouve notamment la côté landaise, le Pays basque ou la Côte d’Azur, toujours autant prisée des vacanciers grâce à son capital soleil.

Si elle séduit de plus en plus les vacanciers estivaux, la montagne aura cependant du mal à essuyer une année catastrophique, marquée par un hiver blanc du fait notamment de la fermeture des remontées mécaniques.